Enquête : Gelée ? même pendant une dégelée ? – (Chambre avec vulve – chapitre 19)

Il se trouve que pendant une semaine à partir du 11 mai, je vais recevoir chez moi une cousine provinciale qui ignore tout, ou presque, des coutumes sexuelles sophisniquées que nous pratiquons à la capitale.

Je ne suis pas en manque d’idées pour ma cousine, ô que non, mais justement, MES fantasmes, je les connais par cul.

Par contre, les vôtres, d’idées, cher·e·s lectrices et lecteurs, je serais assez curieux de les connaître, voire même de les expérimenter avant sur Clochette histoire de nous sortir un peu des souillons battues.

Et vous feriez même d’une pierre deux couilles. Car pour ma cousine, c’est une question de salubri(ci)té publique. Figurez-vous que de nuit en nuit, elle se gâte l’imaginaire et les pratiques masturbatoires à compulser désespérément les romances éroticoSM qui inondent le marché littéraire d’aujourd’hui, mais pas trop sa culotte, m’a-t-elle confié. Elle subodore qu’il y a autre chose à vivre que ces niaiseries qu’elle lit, faute de mieux, mais n’arrive pas à mettre le clito dessus.

D’où son voyage à Paris et son appel à mes sévices, attisé par notre attirance réciproque depuis longtemps, de baptêmes en communions dans notre grande famille, et que nous avons finalement et frénétiquement consommé dans la neige et derrière la sacristie à la dernière messe de Noël familiale, mais que s’il fallait attendre la prochaine, non, tu vois, cousin, c’est plus possible.

M’aiderez-vous alors ? à trouver des idées ? et je vous en ferai bien sûr le compte-rendu ici-même ensuite, c’est la moindre des choses et c’est bien naturel, entre ami·e·s. 🙂

Donc merci d’avance pour ce petit coup de main de neurones. Voici mes questions, sur le thème du chaud et du froid, qu’assurément elle ne manquera pas de quémander, vue l’incendie de cierges que, tout en la prenant à la cosaque d’une main, j’ai versé sur elle de l’autre la dernière fois pour la réchauffer – cousin attentionné que je suis – et qui la mise dans tous ses états dès les premiers ruissellements de cire sur son fessier frissonnant, tout étonné de ce qui lui arrivait, et dessus et dedans.

Questions :

a) Que peut-on faire avec un glaçon ?

b) Que peut-on faire avec plusieurs glaçons ?

c) Quid des huiles de massage que l’on chauffe : peut-on les détourner de leur utilisation initiale ?

d) Certain·e·s d’entre vous ont-ils déjà testé l’insensibilisation du téton par le froid ? et comment s’y prendre 1) pour le faire 2) pour tester ensuite ? J’ai entendu parler de l’utilisation d’une petite bouteille d’air comprimé pour faire givrer de la bière chaude en quelques instants. C’est vrai ? c’est possible ? Et sur de la viande qui remue, ça donnerait quoi ?

e) Quant aux bougies, les séances de bougies seules, je connais – cf ci-dessus. Mais j’aimerais bien mélanger pluie de cire chaude avec … et bien justement, je ne sais pas, dites-moi.

Dites-moi, je brûle de …. non, pardon, je rectifie : ma cousine brûle de savoir.

(((Ouiiii, toi aussi tu brûles, Clochette, je sais, mais arrête de lire par dessus mon épaule. Va plutôt t’installer sur la table pour le « Docteur ». Je publie ce texte, je prends mes spéculums et j’arrive.)))

Avec ce confinement, on s’occupe comme on peut.

D’Ange, Heureux Testeur

************
Pour retourner au début, c’est par là : http://www.vapeursdalcove.fr/CAV01/

Commentaires

  1. Pingback : La mission – (Chambre avec vulve – chapitre 18) – Dans les vapeurs d'alcôve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.