L’Objet

Dans le jardin d’hiver il t’avait emmenée
La nuit claire sous la serre sentait bon l’oranger
Il t’a dit :  » A genoux, nue et jambes écartées !  »
C’était un jeu piquant, pensais-tu, sans danger

Tu savais depuis hier et vos premiers regards
Que s’en était fini de ces vacances rasoir
« Une semaine entre soeurs » t’avait dit Rose-Marie
Et comme dans un cauchemar tu t’entendis dire :  » oui « 

Maintenant c’est le rêve, tu hoquettes un  » Oh, oui !  »
Quand dans ta bouche il entre sa belle queue qui reluit
C’est si bon de sucer, ta soeur peut bien mourir
D’ailleurs si elle savait, tu en pouffes de rire

L’inconnu rit aussi mais se dégage, curieux
Tu murmures :  » Tout va bien  » en tombant dans ses yeux
Puis avances tes mains jusque-là dans ton dos
Pour ôter ses habits, toucher enfin sa peau

Etait-ce une maladresse ou pour lui un prétexte ?
Sa gifle magistrale t’envoie à la renverse
Suffocante de surprise et la vulve dans les fleurs
Tu sens venir les larmes, la honte et la fureur

Qu’importe alors ta joue qui brûle le feu du diable
Que tu aies, malgré toi, eu – oui – presque un orgasme
Tu te jettes sur ses yeux, tu vas l’écorcher vif
Mais il bloque tes poignets, tendre et calme, attentif

Il te faudrait hurler, l’hôtel est là tout près
Quelqu’un ou même ta soeur à coup sûr t’entendrait
Mais ses yeux … oui ses yeux … danger : terrain grisant !
Vas-y crie, allez crie … tu ne dis rien pourtant

Tu as froid, tu as chaud, dans le dos, dans le ventre
D’un désir si puissant tel le feu sous la cendre
Tu te souviens de nuits où tu rêvais de ça
De n’être plus qu’un trou, et ce moment est là

Mais tu hésites encore et puis c’est la fêlure
De toi même, bouche ouverte, tu reprends la posture
Tu comprends à présent ce que tu recherchais
C’est est fini de toi, tu n’es plus qu’un objet

Bien d’autres nuits suivront de souillures sans nom
Avec lui, avec d’autres : vicieuses ou vieux barbons
Tu n’sais plus si tu aimes, mais qu’importe après tout
Un objet, ça n’pense pas, non, pas plus qu’un joujou …

 » J’ai envie de baiser, approche ton cul, c’est tout ! « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *