La Barbie & le Barbu

Voilà pourquoi chaque matin
Je vais mal rasé au turbin
Elle reste dans la salle de bain
Pendant des heures et elle sait bien …

… que j’ai besoin d’la salle de bain
Qu’elle laisse pourtant, mine de rien,
Ouverte mais moi, benêt tout plein
Je la regarde et n’fais plus rien

Puis elle se tourne et dit : « M’enfin ?
Tu regardais ? Comme c’est vilain !
Puis de ses hanches et de ses seins
Elle sort et me frôle, l’air mutin

Alors le feu au creu des reins
Avec une barbe de quatre matins
J’attrape le Métropolitain
J’ai l’air d’un fou, mais je vais bien …

… son SMS, là dans ma main :
«  Je t’aime, Barbu ; ce soir … reviens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *