La fille des ruches

Je suis une fille des ruches
Pas une Sainte Nitouche
Oui moi j’aime les embûches
Qui me tombent sur la bouche

Faut dire que je les cherche
Le soir quand je découche
D’avance je me pourlèche
De faire les 400 couches

J’ai un tel teint de pêche
Que les abeilles mes soeurs
S’approchent la gorge sèche
Me prenant pour une fleur

Oui le soir dans la ruche
Les antennes en coeur
Elles m’offrent des fanfreluches
Pour une goutte de liqueur

D’une moue presque innocente
Je me mordille la bouche
Puis les traite de méchantes
Et leur dis « Non, pas touche !

Alors à huit ou plus
Dans un coin sombre et louche
Elles m’attrapent et m’épluchent
Me butinent de leurs bouches

Je pars à la renverse
Je n’suis plus qu’une peluche
De mon corps coule à verse
Le nectar à la louche

C’est comme une avalanche
Une à une sur ma cruche
A plus soif elles se penchent
Je suis une fille des ruches

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *