Du live ou du cochon ? … ou les deux ? (Chambre avec vulve – chapitre 6)

– – – autre titre : La punition de Clochette – – –

En matière de sexe, écrire ce que j’ai vécu, cela me vient naturellement. Pour raconter leur vie, certains utilisent Instagram ou Facebook, selfiant qui « mon verre et moi », qui « ma psy et moi » , qui « les clopes de ma cop’ » ou « le clip de son clit ».

Moi, ce sont les mots, les images qui me reviennent après coup. « Je lui ai pris le sein, elle a sourit …. puis m’a mordu, la garce. J’ai crié, elle s’est envolée, et tout ça s’est terminé sous la douche et dans sa bouche. »
Bon OK, j’aurais pu laisser à ma belle fée le temps de se déshabiller, mais comme ce n’est pas vraiment arrivé, et que, depuis que nous nous connaissons, nous n’avons pas encore forniqué sous l’eau, la robe de ma Clochette a survécu et nous sommes arrivés à l’heure chez Wendy et Peter.

Bref, écrire ce que j’ai vécu ou ce que je fantasme, c’est ça mon truc et je m’y impudise avec délectation.

Pourtant, aujourd’hui, en ce samedi 18 juin au matin, je vais raconter autre chose. Je vais raconter ce qui VA se passer ce soir, ce que nous allons RÉELLEMENT faire, elle et moi, et à quelle heure précisément nous allons le faire. Et bien entendu, je lui ai interdit de consulter mon blog de la journée. Elle sera la dernière informée de ce qui va lui arriver.

**********
Scène 1 : préambule.

Depuis peu, ma petite fée s’est mise en tête qu’il fallait que je la punisse :

– « Dis. Nous deux ça fait cinq semaines maintenant et j’adore apprendre avec toi, c’est différent d’avec mon ancien Maître. Mais tu te rends compte que tu ne m’as pas encore punie ? Crotte à la fin ! »

Et zyva qu’elle insiste et qu’elle fait des mines, alors que moi je lui explique que les punitions, bof :
– « Le BDSM, OK c’est un jeu d’ados – On aurait dit que je suis très méchant, et que toi tu dormirais enchaînée à la cave – mais vraiment, les punitions passque-la-boniche-a-pas-tout-bien-fait-selon-le-manuel, c’est vraiment trop scolaire pour moi. Nous sommes des adultes, quoi ! Faire semblant, ça ne veut pas dire régresser jusqu’à sept ans d’âge mental. »

Mais pour avoir la paix, j’ai craqué, et lui ai promis une punition pour bientôt.
Qu’est-ce que j’avais pas dit là ? Si elle n’avait pas déjà été ligotée, elle aurait sauté partout autour de moi en faisant des cabrioles. :
– « C’est quand, c’est quand, c’est quand que je serai punie ? »
Et ça durait, et ça durait :
– « Mardi soir ? Ou mercredi, dans l’aprem je suis libre.» et moi j’essayais juste de me concentrer sur les derniers noeuds, mode « C’est le fil rouge sur le bouton rouge, le fil noir sur le bouton noir .. ou l’inverse ? ». Grrrr, je l’aurais giflée !

Comment ?
Ah bon, fallait le faire ?
Mince, je n’y ai pas pensé sur le coup. Faut dire qu’elle me sciait les oreilles : « Ou alors jeudi ? Clarabelle ma meilleure copine, elle sera punie vendredi, elle. Tu pourrais me punir avant, hein, s’il te plait ? Je serai trop contente de la griller sur ce coup là. »

Mais redevenons sérieux quelques minutes : sa punition, finalement ce sera pour ce soir, d’autant qu’elle m’en a fourni le motif et le déroulé la nuit dernière, et de façon tout à fait involontaire.
Trop bien, j’aime bien les fées (de) surprise.

Parce que figurez-vous que Mademoiselle n’est revenue de sa partouze d’hier soir … oups, pardon, de sa « soirée privée » comme il est plus châtié de dire, qu’à sept heures ce matin.
Pas de soucis, ma fée a « jupette blanche » et la retrousse avec qui elle veut, quand elle veut. Et, comme nous devions nous voir aujourd’hui, je lui avais proposé de venir dormir chez moi après, vue que sa fornication de groupe était à deux pas de chez moi.

Mais, sept heures du mat’ !!!
En ce moment, à l’heure où j’écris ses lignes, elle est partie pour dormir toute la journée. Je suis trop, trop, trop content de rien faire en l’attendant.

**********
Scène 2 :

20h : L’énoncé de la sentence.

« Ma feignasse et fée adorée. Tu volètes un peu partout, et c’est très bien. Mais arriver chez moi sur batterie de secours, ça me plait moyen. Je vais te niquer tout à l’heure, certes, sans trop me soucier de toi – enfin, comme d’hab’ quoi – mais j’aimerais ressentir un poil d’excitation de ta part en arrivant chez moi, et un restant de poussière de fée sur ton petit cul que tu aimes tant te faire tapoter. »

**********
Scènes 3, 4 ….. :

20h15′ : Je l’attacherai bras à l’horizontale sur une tige de bambou. Les ailes ainsi contraintes, comprendra-t-elle qu’il y a des limites à ses voletages et loopings, ne serait-ce que la veille de ses venues chez moi ? Quelques gifles seront nécessaires peut-être.
Non, je rectifie : quelques gifles SERONT. Because qu’il est 10h43′ du mat’ , là : elle dort, et moi j’écris au lieu de la … re-grrrrr.

20h30′ : Je la ferai mettre à genoux et je me réapproprierai sa bouche. Elle a du sucer bien des queues et lécher bien des minous la nuit dernière. Effaçons tout cela vaillamment et baillament. De la voir ainsi, bras en croix et bouche bavante, cela me redonnera le sourire, j’espère.

20h45′ : Il me faudra aussi reprendre possession, après je ne sais trop qui, de ses autres orifices. Et pour cela, quoi de mieux que de la plaquer contre un mur, pliée en deux et front sur les genoux en position de l’autruche même si je n’ai pas, aujourd’hui, le réglementaire sac en toile à lui mettre sur la tête avant, et c’est bien dommage. Il faudra que j’y pense pour la prochaine fois.
Quoi qu’il en soit, dans cette position, j’aurai tout loisir de lui faire le grand 8. Je vous laisse imaginer le pourquoi du chiffre 8.

21h00-21h15′ :

Enfin, pour la récompenser après cette bonne baise, j’attacherai le bambou contraignant ses bras aux attaches du plafond. Ainsi, debout, offerte et face à moi, je la fouetterai, aussi copieusement qu’elle pourra le supporter, mais pas trop cependant, novice encore qu’elle est en ce domaine.

**********

P.S. : Chèr(e)s lectrices et lecteurs, si vous avez d’autres suggestions à me faire pour la punition de ma fée volage, n’hésitez pas à m’en faire part avant 19h en les écrivant ci-dessous.
J’essaierai de les intégrer à la soirée. P­romis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *