Clair-Obscur (Chambre avec vulve – chapitre 13)

J’aime les femmes à la peau blanche, et tout particulièrement Clochette.

La nuit, dans la pénombre, alors que mes mains parcourent fiévreusement son dos, que mon ventre bronzé se colle à ses fesses, je ne vois ni les zébrures que je lui fais sur l’instant, ni celles qui datent de la veille ou d’avant. Non, j’écris de mes doigts impatients, d’une encre invisible, des insultes ou des poèmes, je ne sais pas toujours moi-même. Elle traduit mes rimes en râles, et moi ses râles en sueur.

Cela peut être de simples caresses ou des traces plus profondes. Des griffures-arabesques, des malaxages plus puissants, de la peau que j’agrippe, tire et fais rouler sous mes doigts en descendant vers ses reins ou en remontant vers son cou. Qu’en restera-t-il le lendemain ? A la limite, peu m’importe ; c’est sur l’instant que tout se jouit.

Tout à l’heure, lorsqu’elle se réveillera, je regarderai plus par curiosité qu’autre chose. Elle ressortira toute guillerette de la salle de bain en me montrant du doigt « là, là et là ! » Nous en rirons tous les deux et, qui sait, retournerons aussi sec au pieu où je lui passerai la deuxième couche.

Alors, hier soir, si je lui ai fait des marques dans la pénombre du chantier où nous étions, c’est surtout parce que je savais qu’elle ne pouvait pas crier, supplier, ni même parler, et à peine gémir. Je souriais, joueur et salopard comme j’aime à être, et, tout en la baisant sans ménagement, voyais son corps se tordre sous mes doigts, ses mains se cramponner au dossier de la chaise recouverte de velours que nous avions trouvée là – objet si incongru à cet endroit – ou, lorsque la chaise rendit l’âme et pour ne pas tomber, ses paumes se plaquer désespérément à droite et à gauche sur les murs en béton brut du morceau de couloir qui nous cachait vaguement des passants de la rue à quelques mètres.

Baiser dans la pénombre, c’est comme mettre en noir et blanc une photo couleur. Quelque chose s’en dégage, différent et indicible. Pour les photos de cul, cela fait soit-disant « artistique » mais le procédé est tellement éculé que cela en devient soulant. Cependant, lorsque « en vrai », les chairs se frôlent et se pénètrent, le noir et blanc décuple le ressenti. Ce que ne voit plus les yeux, le cerveau l’imagine. Quoi de mieux pour bander qu’un bandeau, n’est-ce pas ?

Mais cette nuit, pas de bandeau. Juste la pénombre, ainsi que, pour elle, l’excitation mêlée de peur de faire du bruit et d’être surprise entièrement nue dans un chantier, perchée sur dix centimètres de talons.

La peur, elle l’avait eu dès le début, une petite heure plus tôt en sortant de chez moi. Agrippée à mon bras, elle n’en menait pas large. Nous avions décidé dans l’après-midi, et du lieu – un chantier d’immeuble – et du moment – à la nuit tombée.

Tout ce qui lui est interdit l’excite, tout ce qui lui fait peur et que je lui raconte par avance lui fait supplier « non, arrête, tais-toi » en se tortillant sur place. Quelques jours auparavant, en dînant au restau en amoureux, j’avais émis l’idée de l’envoyer en mission chez une rencontre de passage – une montagne de muscles – pour se faire déglinguer pendant deux heures, avec retour en taxi illico chez moi pour être fouettée d’avoir été si salope. Et, bien que cet homme lui foutait une trouille bleue, elle en crevait d’envie. Mais Hulk ne pouvait le soir même, je lui avais laissé mon tel. Histoire à suivre …

Aussi, hier soir, en sortant de chez moi à mon bras, nue sous sa jupe et son blouson, elle avançait à petits pas, muette. Des anges passaient … et restaient, s’installant pour le spectacle à venir.

Nous sommes d’abord entrés dans un bar. Il fallait qu’elle retrouve son souffle et des couleurs. Deux shots et un pipi plus tard : direction avenue Gambetta, vers le Père Lachaise, puis à gauche, la ruelle aux camions, avec tout au bout, l’immeuble en construction. Son sourire, bien qu’éternellement innocent, lui était revenu, les choses sérieuses pouvaient commencer.

Je l’aime trop ma Clochette. La traiter de tous les noms, elle kiffe, je kiffe, mais nous savons bien tous deux que c’est du flan. Je lui dis « salope » … en lui souriant aussitôt, comme pour m’excuser de lui avoir dit. La fameux syndrome, pour l’homme, de sa femme, la « sainte » … et de toutes les autres : des « voussavezbien » !

Mais à voir passer lentement de réverbère en réverbère ses jambes si blanches et son blouson et sa jupe si noirs, à la regarder marcher devant moi de clair-obscur en clair-obscur, mon corps s’est mis à gronder et mon cerveau, enfin, à fondre. Les mots ne sont que des mots, et ne servent à rien si on ne les vit pas, vraiment. Ce ne sont que des photos sans imagination.

Alors, ma sublime prostipute, au premier camion, je l’ai faite se remaquiller dans le rétro : lèvres rouges, pour me donner envie de son sexe. Au deuxième, me pomper le dard comme si je l’avais payée une fortune pour. Puis, plus loin, au troisième, se pencher en avant, les deux mains plaquées sur la tôle. Plus besoin de mots dépassants des autres, d’humiliations artificielles : j’étais le client, et elle à mon service. J’envisageais et lui expliquais posément chaque étape de mon désir : « au prochain camion, tu … » et petit à petit, je lui fis et lui fis faire tout ce qui était à peu près concevable de faire dans une ruelle mal éclairée longeant un cimetière.

Puis, comme nous l’avions imaginé, nous avons franchi le grillage, passé le tas de gravas, esquivé les planches et les clous jaillissants ça et là. La chaise nous apparut, irréelle, le couloir était à deux pas, idéal. La poussière du ciment volait devant nous à travers un rayon de réverbère et des bruits de conversation nous parvenaient. Un troupeau de viande plus ou moins soule poussait les murs un peu plus bas dans la rue.

Hier soir, j’ai baisée Clochette au rez de chaussée d’un immeuble en construction près de chez moi, comme un dératé, jouissant de ses désespérants essais de gémir en silence jusqu’à moi même hurler dans un dernier souffle muet mon plaisir, cramponné à son cul, mon foutre se déchargeant dans le magnifique corps, si blanc, si laiteux de ma « pute de chantier » comme elle veut que je l’appelle à présent.

Vivement qu’ils installent les escaliers, et la prochaine pleine lune … sur la terrasse.

D’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *